Mardi novembre -
 
Accueil

Informations
Un Roi pour la France
République et Royauté

Réponses royalistes
 
Ouvrage : Un Roi pour la France ; Partie 2
La Monarchie : L'institution
Dans ce qui suit monarchie est entendu dans son sens restrictif de gouvernement par un Roi et exclut donc le sens général de gouvernement par un seul qui pourrait être un dictateur ou un despote.
Si l’on veut éviter les malheurs qu’amène la république, il faut se souvenir qu’ils trouvent leurs sources dans la brièveté des mandat, dans la députation briguée par des candidats et dans l’interposition de coteries apparentes, les partis, ou cachées, les lobbies. La monarchie est, pour ainsi dire, génétiquement, préservée de ces tares.
L’institution royale a pour elle la durée, c’est une évidence, à cause de la transmission par héritage de la fonction et du pouvoir. Ce genre de transmission est de loin le plus répandu dans la vie courante que ce soit au niveau personnel et familial qu'à celui de grandes collectivités agricoles ou industrielles. La transmission héréditaire présente deux caractères bien discernables qui expliquent la faveur dont elle jouit: c'est une pratique naturelle et performante.

Que la transmission de père à fils d'un bien, d'un patrimoine, d'un savoir soir une démarche naturelle n'est pas à démontrer car c'est un constat. Il en découle très généralement l'acquisition d'une très grande valeur affective, voire sacrée, de la part du récipiendaire pour l'objet transmis, que ce dernier soit matériel ou incorporel, modeste ou important. De là découle peut-être l'idée de monarchie de droit divin.
Que cette transmission soit performante est enseigné par l'histoire. Les capétiens, en France ont eu des hauts et des bas mais la progression du royaume qu'ils ont conduit, vue du haut des siècles, est impressionnante et toute à l'opposé de ce qui s'observe pour des républiques ou des empires. Elle est également enseignée de nos jours par l'observation de quelques grandes entreprises industrielles. Au cours d'une conversation récente, mon interlocuteur, informaticien et boursier, me faisait remarquer que les entreprises familiales sont de beaucoup plus solides et plus résistantes aux crises que les conglomérats anonymes, si puissants que ces derniers puissent paraître. Ces entreprises familiales sont mieux gérées, moins endettées et moins aventureuses alors que les autres sont bien souvent des tremplins pour des carriéristes ambitieux dont l'horizon est borné que par leur seule réussite. Le patron de droit familial aime viscéralement son entreprise, il y agrège des équipes qui, par contagion partagent ce sentiment alors que l'autre ne voit en elle qu'un champs d'action pour son ambition personnelle et tend par le même effet de mimétisme à s'entourer de "jeunes loups" qui ont peu ou prou sa perception des choses.

Je compléterais ces observations en notant que beaucoup de capitaines d'industries ou de politiciens républicains tendent à introniser leurs fils ce qui démontre leur attirance instinctive pour la notion de lignée, donc de monarchie.
 
< Chapitre précédent Chapitre suivant >
Royaliste
[ Rejoindre | Page d'accueil | Au hasard | << Précédent | Suivant >> ]