Samedi juillet -
 
Accueil

Informations
Un Roi pour la France
République et Royauté

Réponses royalistes
 
Ouvrage : Un Roi pour la France ; Partie 2
La solidarité
Si le Roi peut encourager vivement ses sujets à se montrer solidaires les uns des autres, il ne lui appartient pas de confisquer leur générosité en décidant à leur place des modalités par lesquelles elle s’exerce.

C'est dans la famille que se développe d'abord une solidarité et la vie associative est l’outil privilégié qui coordonne les efforts de quelque envergure. C‘est par là que les forts aident les faibles et que les faibles trouvent les moyens d’atténuer leurs souffrances et de faire face aux difficultés qui les dépassent. Le Roi incite vivement ses sujets à s’impliquer dans les associations en général, mais surtout dans celles dont le but est généreux et altruiste.

Pour autant, le Roi ne peut pas se désintéresser des conséquences qui découlent de catastrophes naturelles ou accidentelles lorsque, par malheur, elles se produisent. C’est pourquoi, les cours des Comptes prévoient chaque années dans les budgets publics des fonds de solidarité qui peuvent être mis en action quand besoin est. Lorsque des besoins surgissent le gouvernement royal et les gouvernements provinciaux disposent ainsi de ressources pour financer les actions que les événements imposent. La partie la plus évidente et visible de ces actions est l'existence d'hôpitaux et de dispensaires, moyens traditionnels par lesquels s'exerce la sollicitude du Roi envers les plus pauvres.
 
< Chapitre précédent Chapitre suivant >
Royaliste
[ Rejoindre | Page d'accueil | Au hasard | << Précédent | Suivant >> ]